TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

STATISTIQUES

 

 

Généralités

 

L'anorexie mentale et la boulimie nerveuse sont des troubles du comportement alimentaire. Ces désordres sont d'origine psychiques et partagent en commun un trouble important de la perception de l'image du corps.

Selon la Société de Nutrition et de Diététique de Langue Française, trois conditions sont requises pour qualifier une conduite alimentaire pathologique :

  • Elle diffère de façon importante sur le plan qualitatif ou quantitatif de la conduite habituelle des individus vivant dans le même environnement nutritionnel, social et culturel.
  • Elle entraîne des conséquences néfastes sur la santé physique (obésité, dénutrition, carences) ou psychologique (sentiment d’anormalité, exclusion sociale, obsession, dépression...).
  • Elle témoigne d'une difficulté existentielle, d'une souffrance psychologique ou d'une lésion du système biologique qui contrôle la prise alimentaire.

Etiologie

Ces troubles du comportement alimentaire sont d'origine multifactorielle et s'observent à l'occasion de facteurs déclenchants non spécifiques chez des sujets ayant des prédispositions. Ces facteurs de prédispositions sont les suivants :

1/ Facteurs biologiques

  • Facteurs héréditaires (dispositions génétiques),
  • troubles des neurotransmetteurs.

2/ Facteurs psychologiques

  • Fréquence de l'anxiété,
  • dépression,
  • fragilité psychologique,
  • mauvaise estime de soi et volonté d'identification à des modèles
  • ambition,
  • besoin affectif.

3/ Facteurs sociaux-culturels et familiaux

L'anorexie mentale

1/ Définition

L'anorexie mentale (AM) correspond à un refus de s'alimenter lié à un état mental particulier. La perte d'appétit est secondaire, liée à la restriction volontaire et souvent inavouée de l'alimentation. Si le sujet présente des crises de boulimie, des vomissements et recourt à des purgatifs, on différenciera l'anorexie de type "Anorexie-Boulimie", de l'anorexie de type restrictif.

2/ Epidémiologie

La fréquence de l'AM est en augmentation dans les sociétés occidentales où la "minceur " fait figure d'idéal. Elle se manifeste classiquement chez les classes sociales élevées et moyennes au sein de familles pour lesquelles la promotion sociale et la réussite scolaire ont une grande importance. Les données épidémiologiques indiquent (source : Académie Nationale de Médecine, mars 2002)

  • une prédominance féminine (en moyenne 6 à 10 filles pour 1 garçon),
  • que l'âge de survenue connaît deux pics : un à 12-14 ans et un à 18-20 ans,
  • une prévalence en moyenne 1 % chez les adolescents,
  • une incidence de 1/200 pour les jeunes filles et de 1/100 000 dans la population en générale,
  • un taux plus élevé que la population générale chez les apparentés au premier degré ainsi que chez les jumeaux homozygotes.

3/ Signes cliniques

Les principaux signes cliniques de l'anorexie mentale sont :

  • Restriction alimentaire (réduction de l'apport calorique, élimination des hydrates de carbones, des graisses, des protéines, ... planification de régimes très stricts),
  • Amaigrissement (perte de + de 15% du poids initial),
  • Aménorrhée.

On parle de la "triade" des 3 A (anorexie, amaigrissement, aménorrhée) qui s'installe progressivement.

Les manifestations somatiques qui accompagnent l'anorexie mentale sont :
(source : Société de Nutrition et de Diététique de Langue Française, 2001)

  • Dénutrition, infection,
  • ostéoporose,
  • anomalie de la régulation thermique,
  • hypercholestérolémie,
  • troubles ioniques,
  • bradycardie,
  • hypotension,
  • arythmie,
  • retard à l’évacuation gastrique,
  • constipation,
  • lithiases rénales,
  • oedèmes.

4/ pronostics

Des études au long cours indiquent que 44 % des cas observés ont une bonne récupération au bout de 4 ans. (source : Académie nationale de médecine).

Pour l'AM de type restrictif, on observe 5 % de mortalité par dénutrition, après 10 ans d'évolution.

Dans la forme dite "boulimique", 10 % des malades décèdent de dénutrition aggravée et d'hypokaliémie, après 10 ans d'évolution (source : Société de Nutrition et de Diététique de Langue Française).

Les facteurs de mauvais pronostics sont :

  • un poids initial très bas,
  • la présence de vomissements,
  • une mauvaise réponse au traitement initial,
  • l'âge plus tardif,
  • l'utilisation de purgatif.

5/ Traitement

Le traitement doit se faire préférablement en institution spécialisée afin d'effectuer une séparation d'avec la famille qui participe inconsciemment au "jeu de rôle pathologique". Il est multidisciplinaire et consiste en :

  • Une prise en charge nutritionnelle qui permettra de corriger la malnutrition en fixant des objectifs pondéraux réalistes et de réduire la restriction alimentaire.
  • Un traitement des complications somatiques.
  • Une prise en charge par un psychiatre qui interviendra après un retour au poids fixé par contrat et la réapparition des règles et qui assurera un soutien psychologique pour lutter contre l'état dépressif et les angoisses vécues lors de la reprise de poids. Une thérapie familiale peut aussi s'avérer utile pour éliminer, dans le système familial, la communication négative, notamment mais pas exclusivement, autour du thème de l'alimentation.

L'obstacle majeur auquel se heurte le traitement est la négation par les anorexiques de leur pathologie qui les conduisent à refuser parfois jusqu'au bout, entretiens et soins. Certaines patientes sont traitées en ambulatoire, mais quand la survie est en jeu en cas de dénutrition majeure, le recours à la nutrition entérale forcée discontinue d’appoint est incontournable.

La boulimie

1/ Définition

La boulimie se caractérise par des périodes de pulsions incontrôlables vis-à-vis de la nourriture, suivies d'une réaction déclenchée par la peur de grossir, à l'origine de diverses pratiques néfastes : vomissements, diurétiques, jeûne ou restrictions alimentaires. Le cycle boulimique peut se répéter plusieurs fois par jour ou moins fréquemment. Dans la majorité des cas, la boulimie se vit dans la honte et la clandestinité. La plupart des patients hésitent à consulter et espèrent contre toute évidence s'en sortir seuls. Les personnes boulimiques peuvent être d'un poids trop faible, normal ou excessif.

2/ Epidémiologie

Les données épidémiologiques indiquent que cette pathologie concerne :

  • 5 à 7 filles pour 1 garçon,
  • l'âge de survenue se situe vers la fin de l'adolescence (18 - 20 ans),
  • la prévalence est de 1,1 % chez les filles et de 0,2 % chez les garçons.

3/ Signes cliniques

Les signes cliniques de la boulimie sont :

  • Episodes récidivants de gavage,
  • sentiment de perte de contrôle du comportement alimentaire,
  • purges fréquentes ou restrictions alimentaires sévères (vomissements, laxatifs, diurétiques ...),
  • préoccupation excessive au sujet du poids et de l'apparence,
  • sentiment de honte, de dévalorisation, de culpabilité et de dégoût profond.

Les manifestations somatiques de la boulimie sont :

  • Irrégularité menstruelle,
  • troubles ioniques,
  • intoxication à l’Ipéca thermique,
  • dilatation, rupture de l’estomac,
  • hypertrophie parotidienne,
  • oesophagite,
  • ulcération,
  • fausses-routes gastriques,
  • pneumopathie de déglutition.

4/ Traitement

La prise en charge se base sur une thérapie cognitive et comportementale, l'objectif du traitement étant d'aider les patients à surmonter leur désir compulsif de manger. Quatre points sont à développer :

  • L'information sur les besoins énergétiques et sur les aliments.
  • La valorisation des matières grasses à un juste niveau.
  • Un travail sur le comportement à table.
  • Une mise en relation entre humeur et prise alimentaire (ou refus de prise alimentaire).

La prise d'anti-dépresseur a plus d'effets en terme de réduction de la fréquence des crises chez une personne, ou en terme de nombre de patients chez qui les crises disparaissent, au moins pendant une certaine période.

Contrairement aux anorexiques, ces patients sont conscients de leurs difficultés psychologiques et sont plus désireux de participer avec le médecin, ou le psychothérapeute, au projet thérapeutique.

 

Cercle VicieuxLe cercle vicieux (privation-compulsion); comment s’en sortir ?
La plupart des individus aux prises avec un TCA (Trouble de Conduites Alimentaires) connaissent très bien ce fameux cercle vicieux. Ils en sont victimes et souffrent énormément de cette situation. La seule façon de se sortir de ce cercle est de le briser… La majorité des gens qui viennent consulter pour un TCA veulent le plus possible un « truc » pour cesser les crises. Il est très important de comprendre que les crises ne sont que le résultat de la restriction. Pour cesser les crises, il faut donc cesser la restriction.
Briser le cercle vicieux n’est pas facile et aucun truc ou méthode facilitante n’existe. La façon la plus efficace pour le briser est de consommer trois repas et trois collations par jour. Si une crise survient, il est souhaitable de tenter de l'oublier et manger le plus équilibré possible le repas suivant. Il est facile de retomber dans le cercle vicieux, il faut donc faire preuve de vigilance et éviter si possible toute forme de restriction…

Anorexie

Quelques conséquences de l'anorexie:

Physiques

Psychologiques

  • Ostéoporose précoce
  • Perte de cheveux
  • Débalancement hormonal
  • Lanugo (c'est-à-dire qu'un duvet vient recouvrir le corps)
  • Déficience des organes (reins, coeur)
  • Difficulté à se concentrer
  • Fatigue ou trouble du sommeil
  • Etc.
  • Dépression ou humeur dépressive
  • Dévalorisation, dépréciation
  • Diminution du plaisir
  • Perception déformée de son image corporelle
  • Anxiété, angoisse
  • Irritabilité
  • Changement dans les humeurs
  • Etc.

Sociales

Économiques

  • Isolement-retrait social
  • Perte d'emploi
  • Perte de cercle social
  • Relations amoureuses difficiles
  • Relations interpersonnelles difficiles
  • Etc.
  • Coûts sociaux élevé pour l'hospitalisation
  • Perte de revenus si la personne travaille et qu'elle doit être hospitalisée
  • Coûts pour l'achat de produits diététiques, laxatifs, diurétiques
  • Etc.

 

 

Boulimie 


C'est un trouble qui touche entre 8 et 10 % des femmes. Elle est donc beaucoup plus fréquente quel'anorexie.
Cette pathologie concerne essentiellement les filles de 15 et 25 ans, l'âge moyen de démarrage est 18 ans dont 50 % sont déprimées de façon grave.

Les garçons sont moins touchés : 10 boulimiques sur 12 sont des jeunes filles ou des jeunes femmes.
70 % des personnes boulimiques peuvent être d'un poids normal d'où "l'invisibilité" du trouble.
10 % des femmes sont touchées à un moment ou un autre par des périodes alimentaires compulsives.
20 % des boulimiques souffrent d'une autre dépendance.

 

Suite à une crise de boulimie, les personnes tentent régulièrement d'annuler l'effet anticipé de l'excès alimentaire par diverses méthodes compensatoires. L'induction de vomissements est la méthode la plus fréquemment employée.

En fait, il y a 80% à 90% des personnes vivant de la boulimie qui l'utilisent après la survenue d'une crise. Environ 30% de ces personnes consomment des laxatifs après la crise.

Malgré la honte et la culpabilité reliées à leurs comportements, les personnes vivant de la boulimie ont tendance à demander de l'aide beaucoup plus rapidement que les personnes vivant de l'anorexie.

Quelques conséquences de la boulimie:

Physiques

Psychologiques

  • Dentition détériorée
  • Fatigue 
  • Trouble du sommeil 
  • Oedème aux joues (enflure)
  • Débalancement du système hydroélectrolytique (manque de potassium et de magnésium) 
  • Etc.
  • Dépression, humeur dépressive
  • Dévalorisation, dépréciation 
  • Perception déformée de son image corporelle
  • Anxiété, angoisse 
  • Changement dans les humeurs
  • Etc.

Sociales

Économiques

  • Isolement-retrait social 
  • Perte du cercle social 
  • Relations amoureuses difficiles
  • Relations interpersonnelles difficiles
  • Etc.
  • Coût élevé pour la nourriture (crise de boulimie) 
  • Coût associé à l'achat de laxatifs, diurétiques...
  • Etc.

 

 


Le trouble du comportement alimentaire apparaît pour signifier que quelque chose de plus profond ne va pas.

 

Dans le monde :

Les troubles des conduites alimentaires, anorexie mentale et boulimie, sont en augmentation dans le monde occidental. Cela se vérifie dans tous les pays européens, aux Etats-Unis et au Canada, au Japon, dans les populations blanches d'Afrique du sud et les classes socio-économiques supérieures d'Amérique du sud. A l'opposé on ne trouve guère de cas d'anorexie mentale et de boulimie en dehors de la sphère occidentale, ainsi que le montrent diverses études : en Nouvelle-Guinée, en Alaska chez les populations Inuits, ou en Inde (quelques cas recensés dans les classes favorisées).

· L'anorexie en tant que maladie a été clairement identifiée au siècle dernier sous l'appellation d' "anorexia nervosa". Elle a certainement dû exister avant cette époque, mais on en a retrouvé peu de traces, peut-être à cause de son extrême rareté ou parce que les femmes qui en souffraient étaient mal repérées. La boulimie est une maladie récente puisqu'elle n'a été vraiment définie qu'en 1979.

 

SUISSE


L’anorexie touche 1 à 2% de la population adolescente.

La boulimie touche 5 à 8% de la population adolescente.

On estime que 9 à 10% des femmes adultes souffrent de problèmes alimentaires de type compulsif, c'est-à-dire comportant une difficulté à contrôler la prise de nourriture et une attention exagérée pour le poids et la silhouette.

 

La réalité se situe probablement au-delà de ces pourcentages, car on sait que les personnes souffrant de boulimie ont honte et taisent leur maladie, se soustrayant ainsi aux statistiques.

Un constat inquiétant est le nombre croissant de filles très jeunes concernées par la maladie (12-14 ans déjà).


Si ces maladies touchent surtout des femmes, les hommes ne sont pas épargnés. On estime qu’ils représentent 10 à 15% de l’ensemble des personnes concernées par un trouble alimentaire.

 

FRANCE


L'anorexie :
2% des adolescentes présentent des formes d’anorexie. L’anorexie concerne 9 filles pour un garçon. Elle se manifeste à l’adolescence, entre 15 et 18 ans notamment. 80% des anorexiques reprennent un poids normal, 70% ont de nouveau leurs règles, 50% continuent à avoir des difficultés psychologiques, 13% ont une anorexie chronique et 7 à 8% meurent des suites de la maladie ou d’un suicide.


75% des mères d’anorexiques ont fait une dépression dans l’année précédant l’anorexie de leur fille. 50% des anorexiques interrogés font état d’abus sexuels dont elles auraient été victimes dans leur enfance.

L’anorexie mentale est 10 fois plus fréquente chez les danseuses.

 

 

 

Le plus souvent ces jeunes filles sont issues de familles :

-         appartenant aux classes sociales élevées ou moyennes supérieures.

-         attachées à la promotion sociale et à la réussite scolaire.

-         ayant un sens aigu de la compétition.

-         où la relation de dépendance à la hiérarchie généalogique est marquée.

 

Dans la majorité des cas ces adolescentes :

-         sont des filles uniques.

-         obtiennent de bons résultats scolaires.

-         possèdent un coefficient intellectuel souvent supérieur à la moyenne.

-         ou alors le compensent par un surcroît de travail

-         ont été jusque là pour leurs parents un objet de perpétuelle satisfaction.

 

L'évolution de la maladie est :

-         globalement favorable dans 70 à 80 % des cas.

-         se stabilise dans 15 à 25 % des cas.

-         comporte une Issue fatale dans 5 % des cas.

Dans 70 à 80 % des cas traités, l'évolution se révèle globalement favorable sur le plan du poids et du comportement alimentaire, quoiqu'on puisse noter la persistance de troubles psychopathologiques tels que des difficultés sexuelles et relationnelles, des troubles du caractère, des phobies et des anomalies du comportement alimentaire, qui nécessitent une prise en charge psychothérapique.

L'anorexie peut être mortelle dans 5 % des cas, généralement à la suite de cachexie, ou état d'affaiblissement généralisé, entraînant un déséquilibre en eau et en sels minéraux, des troubles cardiaques ou rénaux, une infection, voire une rupture de l'estomac après une boulimie ou une reprise trop brutale de réalimentation.

Les 15 à 25 % restant, l'anorexie se chronicise. Au bout de quelques années, après l'échec de multiples traitements, on se trouve face à une personne au corps sans âge, comme momifiée, à l'état physique piteux. On parle alors de tableau de Kwashiorkor : la carence en protéines entraîne des œdèmes, gros foie, lésions de la peau, perte des cheveux et des poils, caries et perte des dents, lésions du cœur et des reins. Le dynamisme du début laisse la place à la langueur et au repli sur soi.

Il n'est pas rare que l'ancienne anorexique devienne boulimique.

Des rechutes surviennent dans 10 à 50 % des cas, en particulier après un mariage ou une première naissance.

 

 

La boulimie :

8 à 10% des adolescentes souffrent de boulimie. 30 % de cette population présente, de temps à autre, des fringales boulimiques. C’est une maladie à 90% féminine. La boulimie se manifeste vers l’âge de 19 ans.

La boulimie nerveuse frappe surtout la population estudiantine ainsi que les femmes jeunes, performantes et ambitieuses sur le plan professionnel.

-         Aux USA, 40 à 60 % des filles de 17/18 ans suivent un régime;13% se font vomir, prennent des laxatifs ou des coupe-faim!

-         En France: 37% des filles se trouvent trop grosses, 57% font un régime, 2,3% prennent un médicament « pour maigrir » et 3,1% des laxatifs

-         Mortalité :

§         Anorexies restrictives : 1%

§         Anorexies avec boulimies/vomissements ou prise de purgatifs : 2 à 4%

-         Rechutes : 2,6 / anorexique

-         Augmentation des formes pré pubères (0,5 à 1%)

 

La valeur calorique moyenne d’une boulimie a été évaluée à 3.500 calories et peut aller jusqu’à 10.000 et plus. Le nombre de crise de boulimies peut aller jusqu’à 10 par jour. Certains médicaments antidépresseurs permettent dans 20 à 60% des cas de juguler les boulimies. 75% des boulimiques interrogés font état d’abus sexuels dont elles auraient été victimes dans leur enfance.


Images du corps :

Les adolescentes se déclarent grosses dans 60% des cas, obèses dans 5%. Seules 20%, d’entre elles sont satisfaites de leur corps. 90% d’entre elles montent sur la balance plusieurs fois par mois, 15% plusieurs fois par jour. A 14 ans, 33% des filles déclarent avoir déjà fait un régime.

 

Autres chiffres de source différente (cf.urlographie) :

- 5 à 10 % des anorexiques et boulimiques identifiés sont de sexe masculin

- 2 % de la population féminine serait touchée par ces phénomènes en France.

- 7 % à 19 % des étudiantes entre 18 et 22 ans sont atteintes de boulimie aux USA !

- 3 garçons pour 10 filles sont touchés par la boulimie

- 18 ans, âge moyen du démarrage de la boulimie dont 50 % sont déprimés de façon grave

- 11 ans, l'âge où un(e) ado peut être touché(e) par l'anorexie en perdant jusqu'à 30 % de son poids !

- L'anorexie touche une adolescente sur 2 400 ; 9 filles pour 1 garçon

- 4 % des anorexiques en meurent chaque année et 10 à 15 % des cas sont menacés de mort.

- Les cas d'anorexie auraient été multipliés par 4, passant de 1 pour 1000 à 4 pour 1000 ces vingt dernières années.

- Au-delà de 10 ans d'évolution, de 5 à 15% des malades décèderaient, 20% après 20 ans d’évolution.

- Si l'anorexie mentale est apparue dans la famille, le risque de souffrir de l'une ou de l'autre de ces maladies est 5 fois supérieur.

- Des cas d'anorexie ont été découverts chez des filles d'à peine 4 ans en Australie.

 

QUEBEC

L’anorexie et la boulimie nerveuses sont des troubles de l’alimentation qui touchent au moins 5% des jeunes femmes canadiennes. Des études ont révélé que jusqu’à 15% des jeunes femmes éprouvent des symptômes de boulimie. En outre, 85% de la gent féminine est insatisfaite de son image corporelle.

 

  • Au Québec, 65 000 personnes présentent des troubles de conduites alimentaires, dont 13 000 se retrouvent dans la région de Québec.
  • 56% de la population est insatisfaite de son corps.
  • 5 à 10% des femmes âgées entre 16 et 25 ans présentent certaines caractéristiques propres à un trouble sévère des conduites alimentaires.
  • 1% des jeunes filles de 16 à 20 ans souffrent d’anorexie mentale sévère, pendant que environ 4% manifestent des problèmes liés à la boulimie.
  • L’anorexie ou la boulimie se présente comme une maladie chronique dans 25% des cas.
  • Plus de 9% de la population de 15 ans et plus présente un poids insuffisant avec risque accru de mortalité.
  • 5 à 15% des jeunes filles souffrant d’anorexie ou de boulimie décèdent soit des complications de leur maladie, soit de suicide.
  • Pour chaque personne atteinte du sida ou porteuse du VIH, 150 personnes souffrent d’anorexie ou de boulimie.

 

Une étude de Santé Canada réalisée en l993 révélait que, dès l'âge de 11 ans, 37% des élèves canadiennes changeraient d'apparence si elles le pouvaient. Ce pourcentage grimpe à 58% chez les élèves de 13 ans et à 55% chez les élèves de 15 ans. Dès l'âge de huit ou neuf ans, les petites filles se préoccupent de leur poids!

Québec
8 % des filles âgées de 15 à 25 ans sont atteintes de troubles alimentaires
Chaque année, plus de 65 000 femmes de 14 à 25 ans présentent des troubles alimentaires

Canada
Statistiques Canada
90 % des anorexiques sont des femmes, 10 % des hommes
1 à 2 % des 13-40 ans sont anorexiques
2 à 4 % des 13-40 ans sont boulimiques
2002: 102 Canadiens sont décédés des suites d’un trouble alimentaire dont 13 % souffrant d’anorexie ou de boulimie
80 % des femmes ont suivi un régime avant d’avoir 18 ans
40 % des femmes ont suivi un régime avant d’avoir 9 ans

Agence de santé publique du Canada

Depuis 1987, les hospitalisations pour les troubles de l'alimentation dans les hôpitaux généraux ont augmenté de 34 % chez les jeunes femmes de moins de 15 ans et de 29 % chez les jeunes femmes de 15 à 24 ans.

 

États-Unis
Santé Canada
1 % des filles souffrent de boulimie
0,28 % souffrent d’anorexie

 

MEXIQUE

La répartition dans le monde de l’anorexie et de la boulimie coïncide avec un contexte socioculturel particulier, propre à un certain niveau de développement économique atteint notamment aux États-Unis, en Europe de l’Ouest et au Japon.

Par ailleurs, ces pathologies semblent émerger depuis peu dans les couches occidentalisées des pays en voie de développement (Toro 1996). Le Mexique, pays qui souffre de malnutrition, enregistre depuis une dizaine d’années une augmentation du nombre de ses anorexiques.

Deux études épidémiologiques, publiées en 2000 et 2002, révèlent que les jeunes filles de Mexico qui manifestent des comportements à risques représenteraient 5,4 % entre 13 et 15 ans et 16,1 % entre 16 et 18 ans, et que 2,8 % d’entre elles seraient prédisposées à développer un syndrome clinique des troubles de la conduite alimentaire (Unikel, Saucedo-Molina 2002; Unikel, Villatoro Velázquez 2000).

Une troisième étude plus récente, réalisée auprès d’adolescentes de la région de Michoacán, en milieu semi-urbain, dégage des résultats similaires (Bojorquez, Unikel 2004).

Ces statistiques, qui ne se limitent pas à la population de Mexico, ne sont pas insignifiantes et soulèvent la question suivante : dans quelle mesure la société mexicaine permet-elle à certains de ses individus de développer ces pathologies ?

 

 

URLOGRAPHIE

 

http://maisonsdejeunes.qc.ca

 

L'Éclaircie est un organisme communautaire venant en aide aux personnes vivant un trouble des conduites alimentaires (anorexie, boulimie) ainsi qu'à leurs proches: http://www.maisoneclaircie.qc.ca/

 

http://www.anebquebec.com/

 

http://www.chez.com/affection/actual/nov01d.htm

 

http://www.caducee.net/DossierSpecialises/psychologie/anorexie.asp

 

http://www.sante.cc/esthetique/reflexions/comportalim/comportalimpath.htm

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Anorexie

 

http://sciences-medias.ens-lsh.fr/article.php3?id_article=69

 

 

Quelques références bibliographiques (non exhaustif):

 

Les troubles des conduites alimentaires, dans La santé des adolescents, approches, soins, prévention, sous la direction de P.-A. Michaud, P. Alvin

 

Tout savoir sur l’anorexie et la boulimie, Dr Alain Perroud, ed. Favre, 2000

 

L’ombre de toi-même. Anorexie et boulimie : comprendre pour agir, de Rosemary Barraud, Association Boulimie Anorexie, 1998